La gravure est pour moi le procédé graphique qui se rapproche le plus de la sculpture. »

gravure sur bois texte sur l’estampe
pour les collectionneurs possibilité de réalisation d’une série sur commande.

Fleur Saison développe une technique inspirée de l’Ukiyo-e, estampe japonaise apparue durant l’époque Edo (17ème-19ème). Les procédés exigent patience et minutie. Les matrices de bois gravé sont retravaillées pendant des mois, parfois des années. L’encre utilisée est une encre typographique, les gravures sont tirées à la cuillère sans presse, sur des papiers dénichés, rares, fragiles, sans acide afin de leur assurer une conservation parfaite. L’impression demande de nombreuses heures, le moindre faux pas est irréversible. Une même matrice peut donner lieu à de multiple interprétations d’un sujet identique, selon la couleur de l’encre, celle du papier, ou encore la façon de la tirer pour obtenir différents effets. Ensuite vient le travail de superposition, de découpage, de maroufl age, pour jouer avec la transparence et donner ainsi la profondeur souhaitée. Ce sont tous ces paramètres qui en font des pièces uniques, les tirages ne dépassent pas 20 pièces par matrice La gravure inscrit la lumière et l’ombre sur un plan afi n d’obtenir l’illusion. L’illusion choisie sera celle d’une émotion, d’une profondeur de la psyché ou l’émotion transmise par un mythe, une histoire de l’humain. Ses sujets partent d’un point, se développent dans la ligne et s’épanouissent dans les couleurs et les textures. L’image devient alors un langage direct avec notre intérieur, lumineux et vibratoire.

Yannick Le Guern

 

 

Les sujets abordés sont variés mais relèvent de la même obsession celle du point et de la ligne. Ces éléments les plus simples posés bout à bout créent des formes et des volumes dans un espace plan. L’espace d’un monde se crée depuis le point. La sculpture, elle se crée grâce au pleins et au vides. La gravure est à mon goût le procédé graphique qui se rapproche le plus de la sculpture. J’inscris la lumière et l’ombre sur un plan, au lieu de façonner des formes qui vont refléter cette lumière ou créer une ombre, afin d’obtenir l’illusion .

Simple, multiple, noir, blanc, couleur, contraste, superposition, la gravure nous permet d’infinies propositions, qui ne cessent de surprendre même un œil averti. C’est un procédé simple dans le principe de la prise d’empreinte. Procédé qui s’est développé au fil du temps grâce aux mains habiles entre lesquelles il passait pour se complexifier et s’affiner.

C’est ainsi qu’une même matrice (plaque de bois gravée) peut donner lieu à de multiple interprétation d’un sujet identique, selon la couleur de l’encre, celle du papier, ou encore la façon de la tirer pour avoir tel effet de noir ou de couleur.La gravure peut être retravaillée à l’encre, au crayon, à la peinture, en découpage, etc…le multiple devient pièce unique.

L’encre utilisée est une encre typographique, et les gravures sont tirées à la cuillère sans presse, c’est une technique qui demande du temps et une application de chaque instant, vous plongeant parfois dans un état quasi hypnotique, comme peut le faire un mouvement répétitif accompagné d’une forte concentration.

L’illusion choisie sera celle d’une émotion, d’une profondeur de la psyché ou l’émotion transmise par un mythe, une histoire de l’humain. L’image devient un langage direct avec notre intérieur, sans passer par l’intellect. Le mythe travaille notre être et le socle de notre configuration mentale, l’image est un reflet .

Le temps et l’espace (autre sujets de prédilection) avec son expansion et sa rétractation, me fascinent. Ils partent d’un point, se développent dans la ligne, et s’épanouissent dans des noirs ou des blancs de différentes textures, ils sont une part de notre essence, nous sommes une particule, une poussière de cet espace et de ce temps.

Les grands thèmes de la mort, de la naissance, du passage vie-mort et mort-vie, du cheminement sont représentés et exprimés, mais également celui de la passion avec ses deux squelettes, l’un qui vous regerde comme on regarde l’avenir et l’autre fixant le passé.

Chaque gravure fixe un état à un moment donné, elle raconte une histoire, échanges avec le spectateur.

lire la suite : Œuvres gravées